Isaac Babel -- La cavalerie rouge suivi de Journal de 1920
titre original: Konarmia et Dnievnik 1920
Le premier traduit du russe par Irène Markowicz et Cécile Térouanne, le second par Wladimir Berelowitch
ISBN: 2-7427-0999-1
Actes sud -- Babel

 

Livre à ce point profond et marquant qu'il a inspiré à Ipoustéguy ses Guerres du milieu (http://www.ladifference.fr/fiches/livres/lesguerresdumilieu.html)

Carole Ksiazenicer-Matheron (http://www.circe.paris4.sorbonne.fr/rubriques/5publications/cec4_ksiazenicer_matheron.html) met d'ailleurs brillament cette oeuvre en perspective avec celle d'un contemporain de babel, ayant vécu les mêmes épisodes de guerre: Victor Chklovski qui a d'ailleurs intitulé "Voyage sentimental" le récit de son périple de 1917.

Selon Carole Ksiazenicer précitée, Les récits de Cavalerie rouge écrits par Babel à partir de son expérience de correspondant de l’agence de presse soviétique lors de la guerre polono-bolchévique en été et en automne 1920 se caractérisent par un détour par l’imaginaire géographique, parcours initiatique d’un paysage bouleversé et signifiant, ouvert au déchiffrement et à une mise en fiction opérant le lien entre l’espace et le moi écrivant.

Narration travaillée à l'extrème décrivant la guerre des confins, entremêlant dimension esthétique de l'histoire et mortelles apories (la libération passe par le massacre, conflit entre l'identité communautaire du narrateur et son identité politique)
1920, les soviétiques sont dans une longue croisade rouge vers la Pologne et l'Ukraïne encore blanches et lancent vers l'Ouest des hordes de cosaques, plus ou moins ensauvagées (selon Babel).

Parmi ceux-ci, la cavalerie, menée à un rythme effréné par Boudionny (ou Boudienny -- autrement appelé le Murat rouge)contre Dénikine (http://fr.wikipedia.org/wiki/Anton_Ivanovitch_D%C3%A9nikine), et au sein de laquelle est affecté Isaac Babel.

Cavalerie rouge
réunit 36 récits inspirés d'épisodes vécus, tandis que Journal de 1920 reprend, de façon beaucoup plus elliptique, voire brutale, les jours durant lesquels la campagne a eu lieu, de juin à septembre 1920.

Voyage absurde, halluciné et effarant au coeur des massacres et des pillages, souffrances des hommes et des chevaux, errances entre les paradoxes, l'écriture de Babel est à la fois violente et poétique (sur les spécificités poëtiques du langage de Babel: http://monderusse.revues.org/document747.html), elle a un champ lexical qui tourne autour de la mort et du sang, tout est rouge autour de lui -- seul dans la tourmente.
On oscille souvent entre le cauchemard et la réalité -- flou des limites entre le sommeil et l'éveil.

La biographie de Babel (http://www.sap-pos.org/txt-fr/2005/avril/babel.htm) nous révèle un destin tout aussi tourmenté:
tout d'abord communiste engagé et protégé par Gorki, il sera ensuite, comme beaucoup d'autres, désavoué (Boudienny, par la suite, évoquera le mensonge des ecrits de Babel), écarté du régime puis arrété et exécuté injustement au bout d'un procès d'une trentaine de minutes.