La femme interdite

Delphine de Malherbe

Editeur(s) : Jean-Claude Lattès

Genre : roman contemporain

Date de Parution : 11/01/2006

Présentation : Broché

ISBN : 2709627035 - EAN : 9782709627030

243 pages

Voilà un livre qui n'a à ma connaissance pas fait la une des magazines ou autres émissions littéraires, à moins que je ne me trompe beaucoup. J'en ai entendu parler à la radio, aux petites heures, celles où l'on devrait dormir du sommeil des justes. Les sites habituels ne regorgent d'ailleurs pas non plus de commentaires.

Peut-être le sujet du livre explique-t-il cette discrétion. Pas très vendeur, l'impuissance féminine (et non : ce n'est pas la même chose que la frigidité...), sujet tabou s'il en est : "La société se régale à taire un drame qui touche des milliers de femmes." [1]

Delphine de Malherbe force le respect et l'admiration en nous livrant là sous forme de roman un témoignage particulièrement émouvant sur, selon ses propres mots, ce "handicap" qu'elle a vécu et finalement vaincu.

Et au-delà de l'histoire du parcours douloureux de la narratrice Lila, le livre est aussi une mine de vérités et de réflexions poussées sur l'amour, les rapports aux autres, la douleur, l'incompréhension, l'espoir, la violence de la vie : "D'habitude, les romans qui traitent de sexe, se résument à cela. Là, c'est un livre qui aide à vivre, comme un coffre à trésors chargé de mille bijoux qu'on a jamais fini de découvrir" [1].

Pas d'angélisme dans le style de l'auteure, non, elle préfère faire usage d'un humour décapant et d'une ironie salvatrice : "Le qu'en-dira-t-on, je méprise./ Le politiquement correct, je gerbe./ L'esprit de caste m'écoeure. Avec moi, la bonne composition se décompose et la bonne éducation se rééduque./ Le savoir, je l'ignore." [2] [a] . Lila fait du rentre-dedans.

Mais ce qu'elle ne fait pas, c'est de s'apitoyer sur son sort. Lila rit, Lila vit, Lila aime, Lila écrit, Lila espionne ses contemporains, Lila se nourrit de leurs travers, Lila est une jeune femme normale. Ne serait-ce ce problème qui la voit tituber de sommité médicale en grand ponte de la médecine : "Rentrée chez moi, je me suis débrouillée pour obtenir la liste des grands gynécologues, sexologues et autres spécialistes en la matière./ Un à un, ils ont décrété : faites une croix sur le sexe, mademoiselle, vous êtes impénétrable." [2] [b] . La guérison, lente, viendra finalement des soins d'un osthéopathe peu conventionnel qui rendra son corps à l'amour, au plaisir tel que Lila l'imagine, à la vie. Et pourtant, lui aussi commencera le traitement par un décourageant : " [...] rapport sexuel ne signifie pas pénétration." [2] [c]

Delphine de Malherbe raconte avec la pudeur nécessaire à un tel sujet et aussi la pincée de dérision indispensable pour en alléger la gravité, l'expérience des femmes qui souffrent en silence du mal apparemment bien commun et cependant rarement évoqué qu'est le vaginisme ; certains vont d'ailleurs même jusqu'à affirmer qu'il s'agit d' "un sujet jamais traité" [1] . Superbe. Il ne faut pas passer à côté de ce roman, même si le monde littéraire a semble-t-il choisi de ne pas faire la fête à ce livre au titre à double tranchant et qu'accompagne Une Petite Cantate de Barbara : " Ô mon amour ô ma belle/ Chante chante-la pour moi/ Cette petite cantate/ Que nous jouions autrefois" [2] [d] et [3]

Ah et pour ceux qui penseraient que La femme interdite est d'abord et surtout un roman de femme, la fin de la première citation ci-dessus devrait les détourner d'un préjugé trop hâtif : " [... un drame qui touche des milliers de femmes]. Et en toute logique, leurs hommes" [1]

Sources utilisées :

[1] http://www.alapage.com/-/Fiche/Livres/2709627035/?id=109661079689304&donnee_appel=REF00&sv=X_L

[2] La femme interdite, Delphine de Malherbe. Ed. JC Lattès

- [a] : p. 81

- [b] : p. 55

- [c] : p. 60

- [d] : p. 44

[3]  http://fr.lyrics-copy.com/barbara/une-petite-cantate.htm

Autres sources :

http://www.amazon.fr/exec/obidos/tg/detail/-/books/2709627035/reviews/ref=cm_rev_more_2/403-1022469-0896419